Interview Maïssa Chahed, créatrice de Mamamushi.

Lors du vote sur le thème de l’ambivalence, vous êtes nombreux à avoir voté pour le splendide cabas rouge de la marque MAMAMUSHI. Voici les réponses aux questions que vous vous êtes toujours posées sur cette marque et sur sa créatrice : Maïssa Chahed.


Maïssa, pour commencer qui êtes-vous ?
Je suis Maïssa Chahed, j’ai suivie une formation de stylisme au Studio Berçot.  J’ai créé ma propre marque MAMAMUSHI il y a 4 ans.

Quel est votre parcours et vos expériences au sein de la mode ?
Après avoir travaillé pendant 4 ans dans une maison de couture, j’ai beaucoup voyagé. Notamment en Inde ou j’ai découvert la méthode de l’impression au tampon de bois dans la ville de Sanganer, cette technique m’a inspirée pour la suite et m’a donné envie de créer mes propres collections de prêt à porter.

Pourquoi avoir appelé votre marque MAMAMUSHI ?
MAMAMUSHI est tiré du Bourgeois gentilhomme de Molière. J’ai d’abord été séduite pas son côté excentrique et ensuite par le mélange à la fois oriental et français que je souhaite donner à ma marque.

Que proposent votre/ vos collection(s) ?
Mes collections se composent de basiques et de nouveautés. Les basiques sont par exemple le cabas rouge qui est en vente sur le site de MonDéfilé, des écharpes en laine avec des nouveaux coloris chaque saison. Pour les nouveautés un bombers avec un imprimé au tampon de bois sortira bientôt. Je souhaite proposer des pièces artisanales et parisiennes tout en restant éthique. C’est pour ça que mes matières viennent d’Inde, que les imprimés au tampon de bois sont réalisés en Inde et que les pièces sont faites à Paris.

Qu’est qui vous a donné l’envie de créer votre propre marque ?

Mes voyages, le plaisir de découvrir des lieux inconnus ou chiner des pièces rares. Finalement un peu comme une chasse au trésor mais là on trouve des pièces magiques et originales.

Quelles sont vos inspirations ?

Je suis inspirée par tout ce qui passe devant mes yeux, un film américain des années 60, une vieille pochette de vynil, une silhouette dans la rue, une association de couleurs au dos d’un Bus à Delhi.
J’aime aussi les univers chics qui manient habilement les codes occidentaux et orientaux comme l’a fait Yves Saint Laurent, Diana Vreeland ou Dries Van Noten, l’esthétique des films de Wong Kar-Wai et de Nadine Labaki. Les  chansons d’Adriano Celentano, Kid Creole & the Coconut et les vieux sons afrobeat des années 70. Et surtout les films d’histoire, de l’Odyssée d’Homère à Alexandre Le Grand.

Comment avez-vous connu MonDéfilé ?

J’ai rencontré Sarah (directrice de collection chez MonDéfilé) chez Clémence Cabanes, une amie, qui vend également ses collections sur le site de MonDéfilé. Nous avons discuté et le courant est bien passé.

Qu’est qui vous a plu dans ce concept et vous a donné envie de collaborer avec MonDéfilé ?

Le système de mettre en avant des jeunes créateurs ainsi que de pouvoir donner le choix aux internautes de voter pour les créateurs qu’ils souhaitent retrouver sur le site de MonDéfilé. C’est également intéressant car ça donne une idée du travail à produire pour commercialiser une collection, on se rend tout de suite compte si c’est réalisable ou pas. J’aime également l’univers que je trouve hyper sympa avec un esprit positif.

Et vous, faites vous votre shopping sur internet ?

Ça m’arrive mais pas assez souvent. Je fais pas mal de boutiques éphémères, cela me permet d’être face à des jeunes créateurs et donc d’en profiter pour découvrir de nouvelles choses.

Que pouvons-nous vous souhaiter et à MAMAMUSHI pour la suite ?

Beaucoup de succès !! Je suis ravie de cette aventure pour l’instant ainsi que de l’évolution de la marque. Je veux également continuer à aimer ce que je fais et à travailler en fonction de mes envies. Je suis également DJette, je souhaite donc être le plus épanouie possible avec ces deux métiers.

A suivre donc le reste de la collection MAMAMUSHI très bientôt sur MonDéfilé !

Ce contenu a été publié dans Interviews. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire