Tête à tête avec une jeune créatrice de mode, Emy Rigeot.

Emy, c’est tout simplement une belle découverte : jeune, jolie, déterminée et talentueuse. C’est place du Trocadéro que je la rencontre, sous la pluie, pour changer de notre charmant été breton!

profil noir et blanc

1- Comment as tu eu envie de faire ce métier et pour quelles raisons?

E.R: Dès 8 ans j’ai commencé à essayer de bricoler avec des tissus. Et petit à petit tout s’est lié naturellement. Comme j’aime le dessin, la peinture et le contact avec les matières, j’ai vite commencé à m’entraîner sur des vieux habits de ma mère et sur des vieilles nappes. A 12 ans j’ai eu ma 1ère machine à coudre. J’étais alors lancée dans ce monde. Mais j’ai eu une crainte au moment du choix de mon orientation avec mes parents. Ils étaient plutôt réticents au départ vu les difficultés que présente ce métier artistique.

2- Quel est ton parcours scolaire?

E.R: J’ai fait en sorte d’assurer mes arrières en faisant un Bac S pour m’ouvrir le plus de débouchés possible. Et je suis rentrée ensuite à l’Atelier Chardon-Savard. J’ai été ravie de cette école parce qu’elle nous laisse vraiment libre au niveau de la créativité artistique. Le côté technique a été un peu moins parcouru au travers des cours de modélisme et de stylisme mais ça me convenait parce que je suis plus créative que technique. La 3ème et dernière année de l’école a été particulièrement éclatante parce qu’on devait créer notre propre collection, notre ligne et donc trouver notre univers personnel.

3- Quelle direction as tu pris à la sortie de ton école?

E.R: A la fin de mon école j’ai encore eu la possibilité de faire un stage. Je l’ai fait chez une grosse marque de prêt-à-porter féminin pendant 6 mois. Et puis j’ai été embauchée et je suis restée 1 an et demi où j’ai beaucoup appris comme on peut le faire dans une grande structure avec tous ses types de fonctionnement. J’ai ensuite eu envie de me lancer en freelance pour bosser sur différents types de projets et pour pouvoir développer aussi ma ligne personnelle. J’ai travaillé entre autre pour un bureau de styles pour lequel je travaille aujourd’hui de plus en plus. Je m’occupe de la recherche de tendances et des reportages shopping dans les défilés où de là on tire des produits et on dessine ensuite les silhouettes en accord avec les tendances pour pouvoir les vendre aux clients. C’est aussi super enrichissant pour mes créations personnelles d’aller voir les défilés, de faire des planches tendances et des gammes de couleur.

creation Emy Rigeot

4- Comment produis-tu les modèles de ta collection personnelle?

E.R: Pour l’instant chaque pièce que je crée est unique et je la fabrique moi-même chez moi. Je vais plus vite en faisant tout moi-même parce que je sais exactement ce que je veux plutôt que de déléguer à quelqu’un d’autre et parfois perdre du temps.

5- Quelles sont tes sources d’inspiration?

E.R: Je m’inspire de tout ce que je peux voir, croiser ou imaginer au quotidien. La peinture, le cinéma, les personnes que je croise sur mon chemin… Si je devais citer quelques personnalités qui sont des références pour moi, je dirais: Balmain, Viktor&Rolf, Iris Van Herpen et Rick Owens.

6- Est-ce qu’il y a une des tes créations dont tu es particulièrement fière?

E.R: Oui, une veste en cuir avec des épaulettes zipées amovibles et des chaînes amovibles également dans le dos.

Veste cuir epaulette amovible et zip

Il y a aussi la robe de mariée de ma belle soeur dont je suis fière! 🙂

7- Quels sont tes prochains projets à la rentrée?

E.R: Je travaille sur des pièces vintage pour les ré-actualiser et les détourner. Par exemple je me concentre pas mal sur des jupes en cuir crayons assez classique. Je prends le cuir et je le lasserre pour rendre la jupe plus moderne et plus décalée. Le but est de déformer les pièces et de les ré-interpréter autrement. Je vais les mettre ensuite en vente à la rentrée sur un site internet et on retrouvera le même concept que dans les fripperies puisque ce sera que des modèles vintages uniques. D’ailleurs pour les curieux si vous voulez en savoir plus:

www.facebook.com/profile.php?id=100002748023360

8- Ton plus grand souhait alors pour cette année qui va déjà démarrer dans une quinzaine de jours?

E.R: Avoir ma propre marque, mes collections et pouvoir un jour les distribuer dans d’autres villes. Mais j’aimerais cultiver et jouer aussi sur l’image très parisienne de ma future marque et évoluer dans le qualitatif plus que dans les quantités… Je veux maintenir une petite production pas comme les grandes enseignes qui produisent à la chaîne. Et même être dans un esprit de séries limitées avec pourquoi pas une étiquette qui afficherait « made in Paris ». Une marque confidentielle!

Maillot
9- Un mot sur MonDéfilé.com ?

E.R: C’est un super bon concept et c’est sûrement la nouvelle façon de faire du shopping ! Et puis, cette plateforme permet surtout de faire découvrir des nouveaux créateurs qui ne sont pas encore distribués dans des boutiques. C’est un moyen aussi pour les gens de ne pas porter des choses que l’on voit partout et de se démarquer chacun dans son style et avec ses goûts. C’est un projet parfaitement dans l’ère du temps.

10- Tes copines se sont mis à l’achat de vêtement sur le net?

E.R: Oui elles achètent beaucoup tout ce qui est facile à mettre au quotidien et donc tout ce dont on a le plus besoin. Vestes, tops, ceintures, chaussures… Je pense vraiment que ce mode d’achat va évoluer de plus en plus !

Propos reccueillis par Diane de Choisy

Ce contenu a été publié dans Interviews. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire